NEWS :

TOP AUTEUR
2020

05 Fév.

10 Nouvelles histoires

09 Fév.

112
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

ob5.ru20 ans
site gay gratuit

RETOUR

ob5.ru Blog

ob5.ru au sauna a dijon Sauna à Dijon

Je suis chaud bouillant. Toute la journée j'ai eu envie de baiser. D'abord quand j'ai vu mon cum sortir de la douche, mais on était à la bourre, pas moyen...

Ensuite dans les transports quand assis à la hauteur des culs et des braguettes je rêvais à une orgie métropolitaine.

Au boulot, au déjeuner, dans la rue, j'avais envie de baiser. Le soir je devais me rendre à Dijon, à priori, mauvais apriori, je m'étais dit que j'étais bon pour un pignolage bourguignon en règle. Mais j'ai trouvé sur internet l'adresse d'un .

Quand je n'en pouvais plus, je me disais patience... Ce soir tu vas seras au pays du "Batard-Montrachet", du "Montrecul" et "Clos de Bèze"... Trois appellations oenologues du coin qui en disent long...

Je débarque motivé Rue du jardin des plantes, il est 22 h. En temps normal je n'aurais pas tenté à une heure pareille, mais je suis motivé.

À la caisse je vois placardé que la soirée est "Couple" !!!

Ça casse un peu, mais je ne suis pas puceau en la matière, j'ai participé à des soirées mémorables au Cap d'Agde dans des boites échangistes. J'aime mater.

Peut être que je me pignolerai quand même, mais j'aurai du spectacle.

J'accepte l'idée, je paie, je vire mes fringues au vestiaire. Me voilà prêt à attaquer, à poil ma serviette autour de la taille.

J'ai envie d'une douche et je descends dans l'espace sauna, hammam.

Dans la grande salle trône un jacuzzi de bonne taille où des couples se draguent. Les mecs caressent doucement les seins de leur femme, les mains sous l'eau elles bougent du coude...

Tout est encore caché, suggestif, maman ne bouffe pas à pleine langue la chatte de la voisine.

Les douches sont en face, juste séparées par un muret. Je peux ainsi mater les phoques et otaries dans le bassin bouillant.

Je ne me suis pas encore fait remarquer. Un mec seul, dans une soirée échangiste, on le snobe.

Ce soir je vais être un gros salop, pervers... je décide de m'exhiber un max pour faire baver les filles et rendre les mecs jaloux... Je ne suis pas une bombasse, mais je sais éveiller la lubricité et mettre en avant ma queue... Je ne suis pas prétentieux c'est juste le jeu du soir quand ludique rime avec lubrique.

Rien que l'idée me fait trinquer, je n'ai pas besoin de faire mousser beaucoup le savon sur ma pine pour qu'elle grimpe. Là elle est bien gonflée, pas trop, mais assez pour mon show...

Je sors de la douche trempé, le buste fier, le ventre rentré comme un matador, je me plante à la sortie des douches, face au bassin, et je commence à m'essuyer, impudique.

D'abord le dos avec un bout de serviette dans chaque main, je frotte. Le bassin légèrement en avant ma queue ballotte grassement dans le vide à chaque mouvement des bras.

C'est immédiat, des regards se braquent, des lèvres s'entre-ouvrent. Les regards n'osent pas s'accrocher alors je me frotte le visage pour qu'ils puissent mater sans que je ne les voie.

Et là je les surprends accrochés à ma queue. Les filles surtout, les mecs froncent les sourcils...

Viens le moment de sécher ma bite...

J'enroule ma serviette autour et je masse. Je me branle dans l'éponge. Je trique comme un dingue, je sais qu'ils attendent le moment ou j'ôterai la serviette...

La tête haute, le regard vicieux incliné vers eux, je déroule l'éponge et présente à qui veut ma bite au garde-à-vous.

Je m'interroge sur la suite à donner à mon exhibition, les rejoindre ?

Soudain tous les regards me quittent !

Rentre un étalon ! Un black sublime tout droit sorti d'un péplum, une sorte d'esclave magnifique qui viendrait arroser de sa semence sa maitresse, ne jurant que par le sperme pour hydrater sa peau.

Il est époustouflant, grand, des muscles dessinés, une peau satinée et imberbe, un visage racé.

Je me dis immédiatement, celui-là il va toutes les avoir.

Mais c'est sans compter sur les époux qui brandissent le contrat de libertinage dans leur regard sévère. Si Maman se fait tringler par Mamadou, papa veut tringler Big Mama.

Et Big Mama y pas, il est seul. Il passe sans regarder personne, il n'a pas besoin d'en faire plus pour accrocher les regards. Lui !

ll est parti dans le labyrinthe de petits salons. J'y vais aussi.

Je me trouve dans un salon vidéo, sur l'écran une filles et six gars dessus. Dans un canapé un couple rapproché. Madame branle monsieur. Il a les pattes bien écartées, la tige raide. C'est sexe, ses couilles tapent à la naissance se son cul à chaque branlée.

Elle a dû le sucer avant mon arrivée, car sa queue est luisante. J'y mettrai bien un peu du mien, mais...

Plus loin la salle est plus sombre, sans télé. Sur le sofa une femme se fait lécher la chatte pendant qu'elle pompe son mec. Des hommes mâtent en se branlant. À tour de rôle ils viennent lécher. J'aime voir ses hommes en rut. Je m'assois dans le fauteuil en face d'elle et je me branle. Commence un jeu de regard qui m'excite beaucoup.

Elle a la bite de son mec dans la bouche et elle me mate. On plisse des yeux, on s'appelle du regard, je tire sur mes couilles pour mieux lui donner à voir ce qu'elle pourrait pomper.

C'est étrange, elle me veut surement, elle a ce que je veux dans sa bouche et autour d'elle, c'est frustrant et jouissif en même temps.

Je suis au bord de cracher, je préfère poursuivre mes découvertes et la quitte d'un clin d'oeil.

Je pénètre dans une salle noire. Pas un halo de lumière.

Sûr que là je vais trouver quelques PD égarés comme moi.

Mais non c'est vide. Il me semble...

Et s'il y avait quelqu'un ? J'imagine qu'il a un type ou un couple qui se marrent bien en me voyant tâtonner l'espace autour de moi. Je m'arrête et ouvre mes sens...

Si, je sens une présence, je perçois comme une respiration. J'ai comme un vertige, je cherche un mur, je trouve un appui.

Je longe la paroi du bout des doigts. À petit pas je cherche d'où vient la respiration.

Je suis concentré sur mon environnement, la sensibilité aiguë. Plus je m'approche plus cette respiration se fait discrète. Je n'entends presque plus rien et j'en déduis que le monstre de cette grotte n'est pas loin. J'imagine que s'il va surgir... Ne pas sursauter, je me résonne, surtout s'attendre à un contact, je ne dois pas être surpris.

Je tends une jambe pour m'avancer encore et paf mon pied cogne.

Sur du bois. Je ricane bouche fermée toujours persuadé que la bête tapie dans le noir, elle, elle me voit.

À tâtons je conclus qu'il s'agit d'une estrade, il y a un matelas, c'est un lit surélevé. Je ne bouge plus, je respire doucement et je sens une odeur de mâle... il y a-t-il un prédateur endormi ?

Je me dis qu'il y a surement du sexe au bout de l'aventure et je m'y prépare. Je me caresse la queue. Je retrouve sérénité avec la bite bandée dans la main ! je suis armé. Et depuis le temps que j'me touche j'peux vous dire que j'ai de quoi l'asperger la bête !

C'est là qu'une patte s'empare de ma queue et la met dans sa gueule. Je sursaute et fais un pas en arrière, mais une deuxième patte m'accroche par le cul et me rapproche. Ma queue est à nouveau engloutie. Ma bite fond sur la langue, je débande et je cherche la tête de la bête.

Ma main se pose sur le crâne, je touche une chevelure... comment dit on...

Crépue !!!!!!

Ça ne fait qu'un tour, je tâte le crane, la nuque, je touche le torse, pas de seins, mais des pecs saillant, les tétons sont épais, pas de poils !

La grosse bête est lisse et douce, sa bouche est généreuse, ses lèvres négroïdes...

Je n'en crois pas ma chance, j'ai la queue gentiment pompée par l'étalon qui fit impression en début de soirée. Je l'avais même oublié, tellement inaccessible et absent.

Comme un torrent, mon sang s'engouffre dans les veines de ma queue, ma bite se braque et lui remplie la bouche. Je la sens raide et dure comme du béton. Je suis fou de plaisir.

Je me laisse crouler sur lui en pivotant, nous voilà couchés tête bêche. Je tombe bite à nez avec sa queue qui fait honneur à la réputation des blacks. Je parcours ton son membre avec les lèvres, ma langue. Il sent bon et je le dévore.

Nos corps sont synchro, on se pompe fort et profond. Je suis en plein trip. J'ai failli cracher illico, alors je me suis relevé.

Il me suit et développe son grand corps. On se serre à se faire péter les côtes, je lui tape sur les pecs pour qu'il recule. Il aime ça. je lui pince les seins, il gueule un peu, mais ça dit "encore". Il se remet à genou et grogne avec ma bite au fond de la bouche. Il s'agite et avale comme un taré, sûr qu'il n'a pas bouffé de la queue à sa faim !

C'est marrant comme certaines grosses bêtes du prototype actif ont parfois envie de jouer les putains dociles. J'accroche bien sa tête et tape au fond, il râle, mais avale de plus belle.

Ils se branle a grand coup de main, je le motive "vas-y enculé amuse toi"

Sa salive coule partout, le pubis, la tige, les couilles sont baveuses et je me glisse plus profond. C'est le king du fond de gorge.

Il me dit "putain j'vais cracher" et ravale à fond. Je sens sur mes pieds des giclées de foutre chaud, j'en ai plein les panards. Pas question qu'il me laisse en plan, je lui chope la nuque et lui baise la gorge. Je le pilonne carrément, il a des râles sourds qui font vibrer sa gorge sur mon gland en feu.

J'ai juste le temps de dégainer, ma queue ruisselle de bave, je lui crache sur la gueule 4 longues rasades de foutre. Il en étale partout sur ses joues, son cou, son torse.

Putain c'qu'on sent bien !

Je me laisse tomber à côté de lui. On discute un peu pendant qu'il joue encore avec ma queue gluante qui se détend.

Il m'a fait visiter tout ce que je n'avais pas encore vu. Il y a de quoi faire...

ob5.ru


A lire aussi dans le blog :


Retour au blog de ob5.ru

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : samedi 11 janvier 2020 à 21:34 |
©2000 ob5.ru.
Retourner en haut


"gay exterieur""cyrillo gay""histoires gay porn""il la sodomise de force""histoire gay lycée""twitter gay exhib""histoire de depucelage""lieux de drague gay""cyrillo gay""gay cyrilo""photo x gay""ma première sodomie""roux gay""histoires de cul gay""recit gay rebeu""cyrillo xxl""histoire gay sexe""histoire gay hetero""histoire gay cyrillo""le site de cyrillo""sun city sauna""premiere fois gay""premiere branlette""histoire gay x""recit gay""histoire gay pute""histoires travestis""histoire gay douche""histoire gay soumis""recit bondage""histoire gay meilleur ami""baise moi mon fils""histoire gay sexe""histoire gay première fois""histoire x gay""homme mature gay""histoire gay entre frere""histoires gays""histoire de petite salope""histoires cyrillo""histoire gay jeune""histoire erotique inceste""escort 02""histoire gay vestiaire""gay wc""le jeu de la biscotte""le site de cyrillo""gay coquin""depucelage gay""histoire mature"xstory.com"histoire gay soumis""elle suce de force""histoires cyrillo""histoire de suceuse""sexe tatoué""histoire gay papa""baise au resto""gay cyrillo""histoire erotique gay""scato gay"cyrillo.com"histoires gay cyrillo""histoires cyrillo""histoires gay cyrillo""gay cyrillo""recit bdsm gay""garage a bite""photo gay nu""recit depucelage anal""glory holl""récit érotique gay""gay suce hétéro""recit gay beur""récits pornos""zoophilie cheval gay""drague dans les bois""histoire gay soumission""histoire gay arabe""histoire gay inceste""histoire gay cyrillo""gay routier""bizutage nu""il jouit dans ma bouche""histoire gay pute""dépucelage gay"ciryllo"gai eros""ephebe gay""histoire sex gay""histoire de sexe bi"