NEWS :

15 août

ob5.ru : foire aux questions
53 réponses
à tes questions !

27 août

160 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

ob5.ru20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Premier épisode

Mon gendarme | 2

J’ai revu mon gendarme Christophe plusieurs fois. Pas aussi souvent que nous l’aurions voulu car son métier lui donne un emploi du temps très chargé, et sa femme le surveille de près…

Mais nous avons réussi à coucher ensemble encore. Et à chaque fois c’était un mélange de tendresse et de sauvagerie sexuelle. Je sentais qu’il s’attachait à moi, et pas uniquement un désir de baise purement physique. Et à chaque fois je rentrais chez moi avec les fesses endolories et pleine de sa semence. Il était toujours très bestial dans sa façon de me posséder et il ne faisait pas attention à la taille de son sexe toujours si large…

Voici une de nos rencontre…

Il savait que son métier de gendarme m’excitait beaucoup, et il devait même en profiter un peu je suppose ! Je le rassurais en lui disant que je n’étais pas attiré que par ça, et que son gros sexe ainsi que sa façon très virile de me dominer et de me baiser comptaient aussi. Mais je lui ai quand même dit que ça me plairait de le voir en tenue d’intervention un jour…

Un jour, il m’envoie un message pour me demander si je suis dispo l’après-midi. Il est seul jusqu’à 16h. Je lui dis que je peux partir plus tôt de mon boulot, mais que je ne pourrai pas arriver chez lui avant 15h. Pas de soucis pour lui, il pourra s’occuper de moi en si peu de temps. Par contre il me prévient qu’il s’occupe de moi directement… Ainsi prévenu je réussis à me « rafraîchir » en quittant mon travail et me voilà en route chez mon mâle.

Il me donne des consignes que je suis à la lettre en arrivant à sa porte. Celle-ci est entrouverte, je rentre dans l’appartement sans sonner et je ferme directement derrière moi. D’habitude il m’ouvre lui-même mais je ne suis pas surpris outre mesure. L’appartement est dans la pénombre. Je me déchausse et accroche mon blouson, un peu étonné par le silence. Mes yeux commencent à s’adapter à la faible luminosité et je vois la silhouette massive de mon militaire adoré dans le couloir. 

Il me regarde, immobile, et je découvre qu’il porte un uniforme. Il a un pantalon et un blouson bleu marine, un peu comme la combinaison des CRS. Je jubile intérieurement de le voir ainsi vêtu. Déjà en temps normal il transpire la virilité à plusieurs mètres, mais là il a une sorte d’aura autoritaire qui me pétrifie presque. Je me dis que lorsqu’il fait un contrôle d’identité, on ne peut que s’exécuter et obéir à tous ses ordres…

Passé le moment de surprise et d’excitation, je m’avance vers lui. Je me mets sur la pointe des pieds pour lui faire un smack sur les lèvres ( il fait 10 bons centimètres de plus que moi quand même !) tout en posant une main sur son paquet imposant sur le devant... Son pantalon d’uniforme est vraiment très près du corps. Il met bien en valeur ses cuisses puissantes, ses fesses bien rondes en béton, et surtout une bosse pas discrète du tout au niveau de la braguette. Je me dis que de patrouiller dans cette tenue est indécent, mais ma caresse sur son bas-ventre m’indique que sa grosse matraque est déjà bien en forme. Pas totalement en érection mais à mi-chemin. Cela explique, vu le volume de cet organe, que ses attributs se distinguent de façon si obscène…

Christophe ne réagit pas au contact de mes lèvres sur les siennes. Je suis un peu surpris. Et je vois son regard se durcir, un mélange d’autorité et de colère. Je frissonne de peur. Il me dit juste sur un ton ferme et d’une voix très grave : «Outrage sur un représentant de l’autorité ! ». Je suis très choqué par cette simple phrase et je m’immobilise. Je commence même à avoir peur de ce gendarme imposant et autoritaire.

Avant même que je ne réagisse, il me saisit le bras avec sa grosse main. Sa poigne est ferme, limite douloureuse, et surtout je n’ai pas la force de m’en échapper. Il me retourne avec aisances face au mur. Pourtant je suis loin d’être un poids plume avec mes 75kg…  Il me pousse en avant et je suis obligé de m’appuyer contre le mur avec mes mains si je ne veux pas m’assommer. D’une main ferme sur le ventre il m’immobilise pendant que l’autre sur le haut du dos me pousse en avant vers le mur pour que je me retrouve penché en avant, et par la même occasion bien cambré… Avec un de ses pieds il me force à écarter les jambes.

Christophe se rapproche de moi par derrière et me souffle à l’oreille sur un ton ferme : « Tu caches quelque chose ? ».  Je ne sais pas quoi répondre, toujours sous le coup de la surprise tellement les événements se passent vite. Aussitôt je sens ses grosses mains me palper les bras, puis descendre sur les côtes, la poitrine, et continuent leur progression vers le bas. Au niveau du bassin il se baisse et palpe une cheville et remonte sur la jambe. Arrivé en haut de la cuisse il profite pour bien appuyer un pouce sur ma raie et toucher mes couilles à travers le pantalon. Le geste est clairement volontaire, nullement « accidentel », un peu violent. Mon gendarme continue sa fouille en règle par l’autre jambe. La palpation n’est pas tendre mais elle m’excite comme un fou.

Il termine en me posant carrément une main au cul. Il se rapproche et se collant contre mon dos. Je sens son souffle chaud sur ma joue. Sa respiration est un peu rapide, haletante, et me fait deviner qu’il est excité comme jamais lui aussi. Son bassin pousse sur mes fesses et je sens que dans son pantalon d’uniforme, le gendarme a son sexe au maximum de sa rigidité. Sa grosse bosse frotte mon postérieur avec des mouvements très légers, très discrets.  Je veux caresser son membre viril pour commencer à le branler, mais il m’attrape rapidement la main et me la plaque contre le mur. 

« Bouge pas petit pédé ! J’ai compris que c’est ça que tu veux ! » me dit-il doucement à l’oreille tout en appuyant bien la bosse de sa braguette sur mes fesses, pour que je soit sûr de ce qu’est ce « ça »… 
« J’ai pas fini de te fouiller, je veux être certain que tu caches rien ! ». Je ne sais pas si c’est l’excitation qui a débranché mon cerveau, mais je n’arrive plus à réfléchir et je ne capte rien à ce qu’il me raconte.

D’un geste rapide et assuré, Christophe défait ma ceinture d’une main, la seconde toujours sur la mienne. En un rien de temps ses doigts agiles ouvrent mon pantalon. Avec le recule je suis surpris de son adresse avec une seule main! Les gendarmes ont-ils une formation spéciale pour faire ça si facilement ? Il baisse d’un coup brusque mon pantalon et mon boxer sur mes genoux. Le geste est violent et manque de m’arracher la bite qui est dure comme la pierre depuis le début de la palpation…

Le militaire frotte son bassin contre mes fesses nues. Je sens sa bite tendue à travers le tissu de l’uniforme. La fouille n’est désormais plus professionnelle du tout et est devenue complètement sexuelle. Il souffle fort. Son désir est palpable.

Je l’entends cracher dans mon dos. Puis sa main humide de sa salive l’étale un peu brutalement sur ma raie. Un doigt épais force mon trou. Je sursaute et crie de surprise. Et aussi un peu de douleur, sa méthode de préparation est toujours aussi peu délicate. Il me dit juste un « Ta gueule ! » et enfonce un peu plus son doigt. Pris dans le jeu, et voulant le provoquer pour faire céder ses ultimes barrières, je lui réponds d’une voix cassée, limite en lui criant : « T’as pas le droit de faire ça salaud ! C’est un abus d’autorité ! T’es qu’un enculé sale flic ! ».

Je ne sais pas si ma phrase a fait remonter des frustrations dues aux insultes qu’il doit subir régulièrement pendant son service, ou s’il avait prévu de finir comme ça depuis le début, mais Christophe a rebondi aussitôt. Il m’a sais les couilles d’une de ses grosses main et les a serrées. Il a dosé sa force pour que je n’aie pas mal mais suffisamment pour que je sente qu’il pouvait me castrer d’un simple geste. Il m’a dit à l’oreille sur un ton désormais plus méchant qu’autoritaire : « Ta gueule pédale ! Tu vas voir qui est l’enculé ici ! ».

Toujours en me tenant mon service trois pièces fermement pour s’assurer que je ne bouge pas, de son autre main le gendarme a ouvert son pantalon d’uniforme. Je n’ai pas vu le geste mais j’ai entendu le bruit de la ceinture qui se défait, de la fermeture éclair qui s’ouvre et du tissu qui glisse sur les cuisses. Tout ça à une vitesse incroyable. Juste après il pose son énorme gland directement contre ma rondelle. Il vise juste sans la moindre hésitation. Je sens immédiatement qu’il est trempé de mouille. Je perçois à quel point il bande très dur. 

« Tiens enculé ! »

D’un coup de reins puissant il s’enfonce en moi brutalement. Je n’arrive pas à retenir un cri de douleur tellement je me sens déchiré par ce monstre d’épaisseur. En un clin d’œil la main qui dirigeait la matraque de chair droit sur mon trou se met devant ma bouche pour étouffer mon cri. Je sens que les doigts sont enduits de mouille, ils dégagent une odeur de sexe… Se servant de son autre main qui emprisonne toujours mes organes reproducteurs comme d’un appui, il donne un second coup de bassin aussi puissant que le premier, accompagné d’un râle de satisfaction, et il finit d’introduire en moi la totalité de son membre viril.

Je sens la peau bouillante de son pubis sur mes fesses, ses poils blonds qui caressent ma peau, ses grosses couilles pendantes plaquées sur mon scrotum.
Un instant je devine l’image de notre accouplement : moi en tee-shirt, pantalon sur les cuisses, penché en avant, les mains appuyées contre le mur. Derrière moi un gendarme grand et massif, en uniforme bleu marine, le pantalon et le boxer baissés juste sur le haut des cuisses, qui me bâillonne d’une main et me maîtrise de l’autre en me tenant par les couilles. Son bassin est collé contre mes fesses et sa bite épaisse a investi brutalement ma rondelle meurtrie…

A peine le temps de visualiser cette scène dans ma tête que Christophe entame un ramonage en règle. Il me possède en force comme à son habitude. Il est bestial plutôt que brutal, il me sodomise comme s’il ne pensait qu’à son seul plaisir. Malgré ses va et vient profonds et rapides, il parvient à me murmurer : «Alors petit pédé! C’est qui l’enculé? Tu vas voir comment un vrai mec baise!».

Il desserre un peu l’étreinte de sa main sur ma bouche pour me laisser lui répondre. « C’est moi l’enculé ! Continue, c’est trop bon ta grosse bite dans mes fesses ! Tu es mon mâle ! »

Comme s’il attendait cette réponse en signe d’acquiescement, de consentement, il lâche mes couilles et ma bouche, et se saisit à 2 mains de mes hanches. Et il me possède en puissance. Sa bite glisse en moi à un rythme effréné, ses couilles cognent mes fesses violemment. Je gémis comme un fou sous les coups de boutoir de mon gendarme. Il m’accompagne en gémissant lui aussi d’une voix grave et virile.  Nous sommes 2 animaux en rut qui s’accouplent bestialement.

Sans changer de position ni de rythme, Christophe m’a possédé ainsi quelques minutes. Puis sans prévenir, il a crié un « Oui ! » de délivrance tout en s’immobilisant, sa grosse queue enfoncée en moi jusqu’aux couilles. J’avais même l’impression qu’il poussait encore pour essayer d’en faire entrer plus que possible… 

Et aussitôt j’ai senti son sperme chaud m’envahir par nombreuses rasades. Il m’a serré dans ses bras à la limite de m’étouffer. Il gémit fort à chaque fois que je sens dans mes fesses son large membre gonfler et expulser un nouveau jet de sa semence virile, faisant de moi sa femelle heureuse et comblée. Je sens même contre mes fesses ses bourses pulser au rythme de son éjaculation. Il me féconde avec une grande et étonnante quantité de son jus de mâle.

Il reprend son souffle avec difficulté. Il ne dit rien. Je n’entends que le bruit de notre respiration. Nous sommes cassés tous les deux, épuisés par cet accouplement des plus sportifs, bestial même. Lentement je sens le bassin de mon gendarme se reculer. Son sexe encore bandé glisse délicatement hors de mon trou. Quand son gland épais sort, je ressens un grand vide dans mes fesses. Sa hampe se cale directement sous mes couilles et me les badigeonne avec son sperme.

Sans un mot il me retourne et appuie sur mon épaule. Mes jambes n’ont plus de force aussi je me retrouve instantanément à genoux devant lui. Je vois sa bite, grosse, large, toute luisante de son jus. Ses couilles aussi sont enduites et je vois quelques gouttes maculer l’intérieur de son boxer bleu turquoise. Je prends sans attendre sa bite en bouche pour la déguster, la nettoyer, la remercier de m’avoir donné tant de plaisir. Mon militaire râle et se laisse faire. Je lui empoigne ses fesses nues et les caresse. Puis je viens lécher ses couilles pour ne pas perdre une seule goutte de son foutre…

Nous finissons sous la douche, à nous décrasser de la sueur que cette chevauchée nous a donné. Il était joyeux, heureux de cette baise intense. Il s’est quand même inquiété de savoir si j’ai aimé, conscient d’avoir été un peu brutal et direct… Je lui ai confirmé que j’ai adoré et que je suis prêt à recommencer comme ça dès qu’il a envie. Il m’a avoué que jamais auparavant il n’avait baisé en uniforme et de manière si sauvage, et qu’il a joui comme jamais. 

Christophe m’a savonné tendrement, insistant bien sur ma rondelle endolorie comme pour s’excuser. Il m’a embrassé tendrement et en me regardant dans les yeux il m’a soufflé timidement : « Je t’aime… ».

Nonodt92

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Dans le vestiaire | Le gardien | Premier plan à trois | Mon gendarme | Surprise à l'aéroport

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER :

ob5.ru ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à ob5.ru
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à

🟢 21 Août | 46

Les nouvelles | 21

Un bon rebeu Jeunemecpassif
Apéro sexe Jeunemecpassif
Au cinéma Tigay62
Maitre Karim et ses amis | 1 Lope75
Mon mec, ce voyeur Sylou69
Médé Romao
Mon homme de ménage Corentin
Leçon de biologie Bioman
Complexe sportif Tim Tim
Première expérience en sauna Summerof67
Mon chéri adoré Bebouille77
Une soirée à l'hôtel Rsexenc
Dans la tente Frank
Le cousin de mon mec Valent1
Pas si hétéro que ça | 1 X_ray
Pas si hétéro que ça | 2 X_ray
Mon « grand frère » Chris.77
Sauna Hammam Léandre
Fantasme d’un hétéro Culrieux
Le professeur d’espagnol Jeremy18
Le mobile home Frank

Les série | 25

Mariage Kabyle | 12 CalinChaud
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12

Flash | 7 Zack
Intro | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Hétéro endurant | 6 Seithan
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6, Fin

🟢 Août | 79

Les nouvelles | 21

Battuage milanais Chubbigdick
Être Heureux Candide78
Marre du virtuel... Nables
Ma deuxième pipe Romain Be
Reubeu dominant soft LyesDuSud
Soirée foot Chubbigdick
Amour gay ... Olivier7891
La petite annonce Frank
Le come back Femelle
Ma première fois Julien
Un Dieu au sauna Antoine
La frustration Abdon14
Aventure dans un foyer Passif73200
Mon meilleur ami gay A.N.T
Boss des Boss | 1 Chris973
Visite à Orléans Julien
Pas comme les autres | 1 Unknown
Pas comme les autres | 2 Unknown
Le Fils de mes voisins | 1 Porphyrogenete
Le Fils de mes voisins | 2 Porphyrogenete
Mon infirmier Trevis00

Les suites | 3

Soumission & Domination | 579 Jardinier
Fantasmes avec un collègue | 5 Jay
La gynécologie pour homme | 2 Duguesclin

Les séries | 55

L'habitat papa | 7 Jam
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Pote hétéro de mon frère | 16 Théo3869
1 | 2| 3 | 45 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16

Retour al Futuro | 5 Jam
1 | 2 | 3 | 4 | 5

Rencontre sur ob5.ru | 4 Sylvainerotic
1 | 2 | 3 | 4

Amour et libertinage | 13 Cali
12345678910111213

L’ange de la comptabilité | 10 Dej407
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : jeudi 9 avril 2020 à 18:53 |
©2000 ob5.ru.
Retourner en haut


pompeur.com"histoire gay sexe""la bite a papa""histoire gay jeune""histoires gay cyrillo""histoire gay uro""soumis gay""uro gay"cyrillo.biz"histoire depucelage gay""histoire gay poilu""recit gay routier""cyrillo pcul""cyrillo histoire gay""soumission extreme""histoire gay pompier"cyrillogay"mes histoires porno""recit gay cyrillo""hds gay""histoire gay prof""je suce mon pere"zobapapacyrilo"histoire gay hetero""zoophilie gay""histoire gay vestiaire""gay encule""histoire gay sport""histoire cyrillo""recit bdsm""recit gay premiere fois""histoires gays""elle suce le livreur""histoire de sex gay""histoire gay minet""baise dans les bois"zonedial"gay ardeche""histoire gay cyrillo""histoire bdsm gay""gay amateurs""histoires gay cyrillo""cyrillo photo""erotique gay""histoire gay soumission""histoires cyrillo""travesti enculé""gay crade""histoire porno""histoire de baise gay""histoire gay bareback""gay slip""histoire bdsm gay""gay cyrilo""vide burnes""porno routier""beurette twitter""titof gay""gay soumi"cyrillo.biz"porno gay prison""histoire gay militaire""chatroulette gay parle moi""histoire gay routier""premiere fellation""histoire gay inceste""histoire gay vieux""cirillo gay""jumeaux gay""baise en voiture"cyrillo.biz"raidd bar twitter"cyrillo.com"histoire gay piscine""rebeu cite""le keller paris""histoire erotique viol""erotique gay""jockstrap gay"cyrillo.biz"master gay nantes""gay uro""histoires cyrillo""histoire gay soumission""histoires gays cyrillo""histoire x story""histoire gays gratuites""histoires gay cyrillo""histoires cyrillo""baise surprise""tegan zayne""cyrillo xxl""histoire gay piscine""amateur gay nu""sauna gay dijon"